Genève, 17 mars La guerre en Ukraine, l’un des plus grands producteurs et exportateurs de produits alimentaires, pourrait générer une crise alimentaire mondiale qui pourrait entraîner la malnutrition de 8 à 13 millions de personnes sur la planète, a averti la délégation du pays auprès de l’Organisation mondiale du commerce (OMC).
Les représentants ukrainiens ont assuré lors des réunions du Comité de l’agriculture de l’OMC de cette semaine que l’invasion russe avait mis en péril l’un des plus grands « greniers » du monde, et ont averti que le pays pourrait être contraint de restreindre ses exportations alimentaires si le conflit se poursuivait.
Ils ont souligné que malgré la guerre, leurs travailleurs du secteur primaire continuent de faire de leur mieux pour cultiver les champs, mettant leur vie en danger, et ont accusé les troupes russes d’attaquer délibérément du matériel agricole dans certaines régions.
La délégation ukrainienne a souligné l’impact que la guerre peut avoir sur la sécurité alimentaire mondiale, le pays européen étant le premier exportateur mondial de tournesol et d’huile dérivée, ainsi que l’un des cinq premiers exportateurs d’orge, de seigle, de maïs et de pommes de terre.
L’Ukraine est le deuxième pays au monde avec le pourcentage le plus élevé de terres arables (plus de la moitié du total) et est connue pour la présence importante de « sols noirs », les terres les plus fertiles de la planète.
La délégation a remercié les pays qui se sont engagés au sein de l’OMC à sanctionner la Russie par des mesures telles que le retrait de la clause de la nation la plus favorable, et a appelé tous les membres de l’organisation à faire tout leur possible pour mettre fin à l’agression russe.
La représentation de la Russie est également intervenue au sein du comité, faisant valoir que les sanctions internationales contre la Russie peuvent également avoir un impact négatif sur la sécurité alimentaire mondiale, les prix des produits alimentaires de base et la chaîne d’approvisionnement mondiale.
Il a également averti que les sanctions unilatérales contre la Russie par certains membres de l’OMC (dont les États-Unis, les pays de l’UE ou le Canada) menacent la viabilité du système commercial multilatéral. CHEF
ABC/VH





Fuente