SALTILLO, COAHUILA, 01AGOSTO2019.- Un migrante de origen salvadoreño fue asesinado por miembros de la Policía de Investigación Criminal de la Fiscalía del Estado de Coahuila, muy cerca de las vías del tren, el cual iba tomar junto con su hija de 8 años y un grupo de migrantes rumbo a la frontera con los Estados Unidos. La Casa del Migrante de Saltillo informó que la noche de ayer un grupo de migrantes se despidió, entre los cuales iban niños, con la intención de tomar el ferrocarril e intentar llegar hacia Estados Unidos, y mientras esperaban en las vías, a un kilómetro y medio de la Casa del Migrantes, fueron sorprendidos por un operativo conjunto entre agentes del INM, Policía Federal y elementos de la Fiscalía del Estado de Coahuila, quienes dispararon sin motivo aparente, que derivó en la muerte del centroamericano, hoy en el sitio de la tragedia se observa la cinta amarilla de la fiscalía y unos guantes de plástico, utilizados por los peritos. 
FOTO: ALEJANDRO RODRÍGUEZ /CUARTOSCURO.COM
SALTILLO, COAHUILA, 01AGOSTO2019.- Un migrante de origen salvadoreño fue asesinado por miembros de la Policía de Investigación Criminal de la Fiscalía del Estado de Coahuila, muy cerca de las vías del tren, el cual iba tomar junto con su hija de 8 años y un grupo de migrantes rumbo a la frontera con los Estados Unidos. La Casa del Migrante de Saltillo informó que la noche de ayer un grupo de migrantes se despidió, entre los cuales iban niños, con la intención de tomar el ferrocarril e intentar llegar hacia Estados Unidos, y mientras esperaban en las vías, a un kilómetro y medio de la Casa del Migrantes, fueron sorprendidos por un operativo conjunto entre agentes del INM, Policía Federal y elementos de la Fiscalía del Estado de Coahuila, quienes dispararon sin motivo aparente, que derivó en la muerte del centroamericano, hoy en el sitio de la tragedia se observa la cinta amarilla de la fiscalía y unos guantes de plástico, utilizados por los peritos.
FOTO: ALEJANDRO RODRÍGUEZ /CUARTOSCURO.COM

Le bureau du procureur général de l’État de Chihuahua (FGE) a mis en œuvre une opération visant à localiser six personnes soupçonnées d’avoir été privées de liberté.

Ceci est basé sur le rapport soumis pour la disparition de six hommes : Víctor Hernán A.B., 38 ans ; Antonio A.B., 55 ans ; Martin A.B., 34 ans ; J. A.A.C., 17 ans ; Ismael M.A., 34 ans et Miguel A.B., 27 ans.

Par le biais du bureau du procureur du district sud et de l’agence d’enquête de l’État, l’opération a été mise en œuvre pour clarifier la possible privation illégale de liberté des sujets.

Depuis que les autorités ont reçu un rapport qui a provoqué l’intervention du bureau du procureur, des civils armés auraient été signalés comme étant arrivés dans différents foyers de l’endroit et ont emmené les six personnes.

L’événement s’est produit ce vendredi 22 avril dans la ville d’El Vergel, dans la municipalité de Balleza, dans l’État de Chihuahua.

6 personas fueron extraídas de sus domicilios 
FOTO: NACHO RUÍZ /CUARTOSCURO.COM
6 personas fueron extraídas de sus domicilios
FOTO: NACHO RUÍZ /CUARTOSCURO.COMNacho Ruiz

Jusqu’à présent, selon le bureau du procureur, aucune plainte formelle n’a été déposée pour privation ; mais ayant connaissance des faits, les protocoles de recherche et d’enquête ont été rapidement activés, pour intégrer une enquête d’office.

Sur le site se trouvent des éléments de l’Agence d’enquête de l’État, ainsi que du personnel du ministère public, qui collectent des données pour clarifier les faits.

De même, en décembre 2021, 6 personnes étaient portées disparues, quatre adultes et deux mineurs, à proximité de l’Ignacio municipalité Zaragoza dans l’État de Chihuahua.

Les membres de la famille ont été identifiés comme étant Mabeth Diaz Vazquez, 36 ans ; Gustavo Erives Vega, 33 ans ; Maylen Isbeth Diaz, 41 ans ; Yuliana Torres Diaz, 18 ans, Gael Torres Díaz, 4 ans et Keila Erives Diaz, 5 ans.

Le dernier contact avec eux a été un appel selon un communiqué du bureau du procureur. Ils ont expliqué que c’était un parent qui avait informé les autorités de la disparition des six membres de la municipalité d’Ignacio Zaragoza.

Operativo de elementos de seguridad el 17 de diciembre (Foto: Twitter/@Fiscalia_Chih)
Operativo de elementos de seguridad el 17 de diciembre (Foto: Twitter/@Fiscalia_Chih)

Selon certaines informations, des personnes se rendaient chez un parent et auraient eu un dernier contact avec d’autres membres le 12 décembre, après quoi rien n’a été entendu de leur part.

La plainte a été déposée le mardi 14 décembre, après avoir perdu la communication avec les victimes. Trois jours plus tard, une opération a été menée pour localiser les personnes, en enquêtant sur le point où les personnes ont été vues pour la dernière fois, ainsi que dans les environs de la municipalité.

À cet égard, mardi 12 avril dernier, les Nations unies (ONU) ont demandé au Mexique de prendre des « mesures immédiates » pour mettre fin à « la tendance alarmante à la hausse des disparitions forcées ».

El comité contra las desapariciones forzadas exhortó a México a atender la problemática de las desapariciones forzadas (foto: especial)
El comité contra las desapariciones forzadas exhortó a México a atender la problemática de las desapariciones forzadas (foto: especial)

Ils ont souligné que le crime organisé est devenu le principal responsable des disparitions dans le pays, « avec divers degrés de participation, d’acquiescement ou d’omission des fonctionnaires », selon le rapport du Comité des Nations Unies sur les disparitions forcées.

Ces crimes sont protégés par une « impunité absolue » pour les ravisseurs, a ajouté le Comité dans le texte, à la suite de sa visite au Mexique du 15 au 26 novembre, alors que 95 121 personnes étaient portées disparues.

Sur le nombre total de plaintes, quelque 8 000 ont été ajoutées au cours des cinq dernières années et ont indiqué que « les disparitions continuent de toucher principalement des hommes âgés de 15 à 40 ans », selon le rapport.

CONTINUEZ À LIRE :





Fuente